Partition urbaine

Penser les espaces sonores de la ville

23h30 : Je suis dans cette exposition d’art contemporain qu’un ami m’a recommandé, face à un homme qui frappe sur des tubes en métal. Tout le monde s’extasie face à cette performance. Pourtant, ce qui est annoncé comme musique ne m’évoque qu’une cacophonie. Alors je m’interroge, qu’est-ce que la musique ? Qu’est-ce que le bruit ?

Movies GIF - Find & Share on GIPHY

00h : Je décide de rentrer chez moi. Sur le chemin du retour, j’entends la sirène d’une voiture de police qui résonne, puis j’arrive dans le centre-ville où je m’immerge dans l’ambiance festive et bruyante des terrasses des cafés encore ouverts. Plus loin des chiens aboient. Un couple se dispute. Puis le silence. J’arrive chez moi et il n’y a plus de musique, plus de bruit.

00h30 : J’allume ma console et je me plonge dans l’univers urbain de mon jeu vidéo. Je me retrouve à nouveau dans une ambiance sonore urbaine dans le calme de mon appartement.

Playstation GIF - Find & Share on GIPHY

1h du matin : En allant me coucher je me questionne de nouveau : comment mesure-t-on le son ? Qui décide qu’il peut devenir un bruit, et donc une nuisance ? Est-ce que les ambiances sonores urbaines sont pensées par quelqu’un ? Et comment sont-elles imaginées dans mes jeux vidéos et dans les villes imaginaires ?

Cette expérience urbaine que nous avons tous vécue nous a permis de penser cette 5ème édition d’Urbanités Numériques autour des ambiances sonores de la ville. La journée “Partition urbaine : penser les ambiances sonores de la ville” souhaite mettre en avant les réflexions de professionnels et d’artistes qui s’intéressent aux sonorités de la ville.

Le bruit est un enjeu public : grâce au numérique et aux médiations socio-techniques de la captation du son, le bruit est devenu mesurable, quantifiable, et on peut le transformer en donnée utilisable. Cela soulève de nombreuses questions, de la manière de le mesurer à la mise en forme, l’utilisation et l’archivage des données obtenues. Quelles sont ces données ? A partir de quoi travaille-t-on pour prendre la mesure du bruit sur les territoires, les étudier ? Comment le travail des urbanistes influe-t-il sur les ambiances sonores de la ville ? Dans quelle mesure l’architecte prend-il en compte le paramètre sonore dans son travail ? En quoi le paysage sonore et culturel de la ville permet de singulariser ses ambiances et ses espaces sonores ?

Par ailleurs, considérer le “bruit” de la ville comme une musique n’est pas une idée nouvelle, bien au contraire, et cette conception soulève des questionnements artistiques divers. Les arts – tels que le cinéma ou le jeu-vidéo notamment – s’intéressent depuis longtemps aux ambiances sonores urbaines, qu’ils réinventent dans une perspective immersive. La question des ambiances sonores urbaines considérées comme matière et support de la création artistique se pose. Comment créer une musique à partir des bruits de la ville ? Des ambiances sonores de la ville ? Comment produire des ambiances sonores urbaines virtuelles et/ou fictives ?


“Partition urbaine :
Penser les ambiances sonores de la ville”
Le programme de la journée du 4 avril 2017

logo-urba-carre